Nouvelle-Calédonie : paradis des Expats’ français ?

Nouvelle-Calédonie, épisode 1/5 : Arrivée à Nouméa – du jeudi 21 au lundi 25 mars 2013

Nous décollons de Tahiti le mercredi 20 mars 2013 à 17h30 et – magie du passage de la ligne de changement de date – nous atterrissons à l’aéroport de La Tontouta en Nouvelle-Calédonie le lendemain soir (le 21 mars) à 20h30, après seulement 5h40 de vol  🙂 Nous avons anticipé notre arrivée tardive en réservant une navette (plus de bus à cette heure là) pour faire le trajet Aéroport-Nouméa et nos premières nuits dans la seule Auberge de jeunesse de l’île. Arrivés à 22h30 à l’AJ, nous prenons connaissance des lieux, chambre et espaces communs (cuisine et sanitaires), puis – fatigués – extinction des feux sans demander notre reste…

Nle-Calédonie - NouméaLe lendemain, vendredi 22, nous sommes sur le pied de guerre à 7h30. Comme à chaque arrivée dans un nouveau pays ou un nouveau lieu, la première journée est occupée par les formalités (enregistrement à l’Auberge – tarifs corrects et qui s’avérera l’AJ la mieux tenue que nous testerons au cours des 10 mois de notre tour-du-globe !), les considérations matérielles à régler (en l’occurrence : courses, téléphonie portable/internet, magasin de sport, pharmacie) et l’organisation de notre séjour. Au cours de cette première journée, nous enchaînons les visites à l’Office de tourisme de Nouméa (personnel très accueillant et très compétent, carte multi-musées intéressante), à l’agence aérienne Air Calédonie qui propose des forfaits « avion » pour les îles et à des agences de voyage pour nous donner des idées de lieux à voir et à visiter au cours de notre séjour d’un mois sur place. Nous rentrons de notre journée moulus et perplexes quand à la suite des événements : cela ne semble pas si simple d’organiser son séjour en Nouvelle-Calédonie, entre les contraintes de transport (les pass-avion compliqués et cher, et la navette inter-île en cale sèche, etc.) et les modes d’hébergement. On nous avait prévenu que le mode « à l’arrache » (au dernier moment) n’était pas conseillé en Nouvelle-Calédonie : du fait du faible nombre de touristes, les hébergements ne sont pas ouverts tout le temps et il est nécessaire de prévenir 48h à l’avance pour prendre des repas dans les hébergements – tout cela est tout à fait exact ! Il nous faut également arrêter ce que nous voulons faire-voir-visiter sur l’île principale et les îles alentours (Ile des Pins ? Lifou ? Ouvéa ? Maré ?). Mais à chaque jour suffit sa peine, la nuit porte conseil.

Carte-Nouvelle-Caledonie

Samedi 23. Après avoir eu la joie de se lever à 6h00 du matin et avoir patienté 3h00 pour pouvoir bénéficier d’une consultation médicale sans rendez-vous : premiers arrivés, premiers et seuls examinés. Cela fait également parti du voyage parfois… Rien de grave, qui se résoudra avec des antibiotiques et une prescription du médecin : « à cause des antibiotiques, pas d’exposition au soleil pendant un mois et ne sortez pas sans vous être badigeonné d’écran total »  🙄 – Mais c’est la durée totale de notre séjour en Nouvelle-Calédonie…  😥 Évidemment la consigne n’a pas été suivie à la lettre… Après cet intermède médical, nous commençons notre première journée de visite de la capitale : le port, le marché municipal.

Nle-Calédonie - Nouméa - MarchéNous y faisons des provisions de fruits de la passion (mon préféré !), avocats et croissants pour se caler une dent… Après un aller-retour-repas à l’AJ, nous visitons le Musée de la ville de Nouméa. Il est très intéressant car il raconte les différentes époques de l’histoire de la Nouvelle-Calédonie.

Nle-Calédonie - Nouméa - Hôtel VillePris par le temps et faisant la fermeture du musée, nous devrons revenir pour finir notre visite de ce musée très intéressant. Avec un plan récupéré à l’Office de tourisme, nous décidons de poursuivre notre promenade en ville au gré du circuit historique et des panneaux explicatifs qui nous mènent du port à la place centrale des Cocotiers.

Nle - Calédonie - Noumé - Place CocotiersA 18h00 nous avons rendez-vous sur cette même place, au Kiosque à musique, pour faire la connaissance de Sylvain, un ami d’ami, installé en Nouvelle-Calédonie depuis quelques annés. Sans le savoir, nous avons choisi pour nous retrouver le soir où est organisée une manifestation musicale sur la place… Mince il fait nuit et plus les minutes passent plus la place se peuple, nous n’avons pas de numéro de téléphone pour se joindre et nous ne nous connaissons pas… Mais nous parvenons à nous trouver. Il faut dire qu’avec nos dégaines, nous sommes facilement identifiables. Après les présentations, Sylvain et Angélique nous proposent de rejoindre des amis pour boire un pot à la Baie des Citrons, le coin branché des bars et restaurants de Nouméa (et de toute l’île en fait…). Nous y rencontrons leur groupe d’amis, tous expatriés français : infirmier(e)s, informaticien, banquier, assureur, etc. Rendez-vous est pris pour le lendemain pour aller se baigner à proximité du barrage de Yaté. Une soirée bien sympathique qui nous a permis, dès le 2ème jour, de faire des connaissances. La Nouvelle-Calédonie est le pays où nous rencontrerons le plus de Français, des amis d’amis, des parents d’amis, des connaissances de connaissances, tout le monde connaît quelqu’un qui connaît quelqu’un qui est parti s’installer en Nouvelle-Calédonie, c’est incroyable !

A 8h30 dimanche nous retrouvons donc Sylvain et Angélique, direction Yaté – le barrage.

Nle - Calédonie - Nouméa - Barrage YatéAprès une marche de 40 min nous atteignons la rivière en contrebas du barrage : baignade, sauts dans l’eau, toboggans naturels, c’est bien sympa, malgré le temps menaçant.

Nle-Calédonie - Nouméa - Baignade Barrage 1Une précision : il est bien sûr interdit de se baigner dans les bassins en contrebat du barrage hydraulique, donc ne suivez pas notre (mauvais) exemple… La pause sandwich est écourtée par la pluie qui commence à tomber dru, nous nous pelotonnons sous un rocher en attendant que l’averse passe.

Nle-Calédonie - Nouméa - Baignade BarrageNous retournons à la voiture après avoir emprunté un chemin totalement différent de celui pris à l’aller (« le raccourci qu’ils ne trouvèrent jamais »). Sur la route du retour, nous nous arrêtons à une boutique qui prépare de très bons milkshakes, nous testons les parfums café et coco. Trop dure la vie… Sylvain nous propose de tester le soir même le kava, le rite initiatique néo-calédonien ! Nous ne nous dégonflons pas malgré ce que nous avons pu en lire, nous voulons nous faire notre propre opinion et notre propre expérience. Sylvain nous offre donc notre premier kava et nous explique : boire d’un trait et en cracher juste un peu par terre pour remercier les dieux.

Nle-Calédonie - Nouméa - KavaVerdict : ce n’est pas imbuvable… Un petit goût de terre et c’est vrai que l’on en boirait pas des litres mais rien d’insurmontable. Pour être sûr d’avoir bien goûté, nous en buvons un second « un double s’il vous plaît ». Certes, une légère anesthésie de la bouche et cela doit dilater les vaisseaux sanguins car après on se sent très bien, on discute et on rigole, rien de bien méchant. Par contre, choisissez bien votre kamate (lieu où l’on boit du kava), chaque propriétaire a sa recette, plus ou moins bonne, plus ou moins forte. Nous avons facilement retenu le nôtre, il s’appelle Charlie ! Bon… il paraît que c’est « illégal » mais toléré, et considéré comme la « drogue » des Néo-Calédonien mais sincèrement entre le kava et l’alcool importé par les Blancs, ce n’est pas me semble-t-il le kava qui (a) fait le plus de mal au peuple Kanak de Nouvelle-Calédonie…

Levés le lendemain – lundi 25 – comme des fleurs (on aurait pu craindre le coup de bambou, mais non) à 7h30. On se lève tôt en Nouvelle-Calédonie, notamment parce que le soleil se couche tôt (17h30-18h) et qu’il faut profiter de la journée. Après maintes tergiversations, nous avons arrêté notre programme. Nous nous rendons dans une agence de voyage en ville pour réserver nos séjours à Lifou et Ouvéa. Il y a en ce moment des offres spéciales : pour le prix de l’avion, l’hébergement en hutte est compris (« hébergement très basiques » comme nous le répétera l’agence de voyage pour être bien sûr que nous ne serons pas désappointés du niveau de confort, ceci n’est pas un détail anodin nous le verrons plus tard…). En attendant il faut anticiper la suite du séjour. De retour à l’AJ, nous préparons un minimum notre futur séjour à Lifou : nous nous renseignons sur les prix de location de voiture sur place, quelques courses pour avoir un minimum de vivres et ne pas payer des fortunes les repas sur place, retrait d’argent (nous n’avons pas la certitude qu’il y ait des distributeurs sur place qui fonctionnent – bien nous en aura pris…). Le soir, nous préparons les sacs afin d’être fin prêts le lendemain pour notre décollage pour Lifou. La soirée s’écoule, nous rencontrons Benjamin qui est originaire de Beaune, il fait un grand voyage de 3 mois et vient de parcourir l’île de Nouvelle-Calédonie à vélo. La prochaine étape de son voyage est le Japon (souvenirs, souvenirs…) qu’il va visiter selon un procédé original : en randonnant de temple en temple offrant – en plus de la spiritualité – le gîte et le couvert – c’est un peu le chemin de Compostelle à la japonaise 🙂 Nous quittons Benjamin, il est temps d’aller dormir : demain, décollage pour Lifou !

Toutes les photos et plus encore ci-dessous :

 

Informations pratiques Nouméa :

1€ = 119,33CFP (Francs Pacifiques)

– Transport Aéroport La Tontouta à Nouméa :
Navette minibus privé : 2000 CFP / pers
Tckiet bus : 190 CFP / pers

– Hébergement :
Carte internationale Auberges de Jeunesse : 1400 CFP/pers (valable 1 an)
Nuitée AJ Nouméa : 3900 CFP/chambre double avec la carte
Lessive : 400 CFP
Consigne : 200 CFP/semaine

– Offres spéciales Séjour : Lifou (4 jours) + Ouvéa (3 jours) avec hébergement « basique » 5 nuits et avion Nouméa-Lifou-Ouvéa-Nouméa : 45550 CFP/pers

– Télécommunication :
Internet AJ Nouméa : 200 CFP/heure (super cher !)
Carte téléphone : 1050 CFP

– Activités : Pass-musées Nouméa : 1700 CFP/pers

– Divers : consultation médicale Spécialiste : 4970 CFP + médicaments

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *