Administratif

Ah la paperasse !!! Les joies de l’Administration, et je sais de quoi je parle 😉 Par où commencer ?

La première des choses : Prendre ses dispositions auprès de son employeur

Selon son emploi, son statut, cela peut prendre différents noms : disponibilité pour convenances personnelles, congé sabbatique, congés sans solde,…

Une fois la décision de partir prise et la durée, il reste à se renseigner pour voir de quel régime on relèvera et des démarches à mettre en oeuvre et à porter jusqu’à l’obtention du précieux sésame qui ouvre les portes à 12 (+ou-) mois chômés.

Avant de partir, et afin d’avoir l’esprit tranquille pour toute la durée du voyage, il peut être intéressant d’anticiper la paperasse du retour et de préparer à l’avance le courrier légal à adresser à l’employeur avant le retour, de le confier à une personne de confiance en la missionnant pour le poster de votre part dans les délais requis (exemple : courrier de demande de réintégration dans les effectif, devant être envoyé au plus tard 3 mois avant la fin de la période de disponibilité).

Libérer notre logement :

La question s’est posée de conserver notre location ou de la libérer. La question a été vite tranchée, nous ne souhaitions pas payer un loyer pendant un an, « juste » pour avoir un pied à terre au moment du retour.

voir la page « Tri et déménagement »

Sécurité sociale et mutuelle santé:

voir la page « Santé »

La Banque :

Au-delà de nos banques « historiques », nous avons étudié les offres des « banques internet » à la recherche de simplification des démarches bancaires pendant notre voyage, que toutes les démarches puissent être réalisées par internet. De plus, nous avons étudié les conditions financières et frais liés aux retraits de liquidités et de paiements par carte à l’étranger, chaque banque fixant ses frais en la matière. Nous nous retrouvons donc avec 2 « web-banques » pour le voyage et 2 banques « classiques » pour faire les virements pour alimenter les comptes internet. En effet, conserver les comptes dans les banques classiques comme « réservoir » nous évitera de placer dés le départ et pour toute la durée du voyage beaucoup de liquidités sur ces comptes, notamment en cas de vols de nos cartes bancaires correspondant à ses comptes.

Un second intérêt de la démarche est de disposer dans chacune des banques de cartes avec des seuils de retrait et de paiement cumulables, ce en cas de grosses dépenses ou de dépenses imprévues et urgentes. Ne pas se retrouver avec un seuil de paiement ou de retrait dépassé et « bloqués » sans pouvoir retirer ou payer.

Autre point avant de partir nous nous sommes assurés que des personnes de confiance aient procurations sur nos comptes bancaires afin de faire toute démarche en cas d’urgence ou de problème…

Les dispositions personnelles :

Et si le moment était venu de se poser la question et de rédiger un testament, au cas où …

 Le transfert de courrier :

Et oui, car même si on a le soucis de dématérialiser le plus possible ses démarches par le formidable outil internet et les mails, il reste toujours du papier et des démarches non dématérialisées.

Exemple : la réception de votre déclaration pré-remplie d’imposition sur le revenu – ou comment obtenir son numéro annuel de télédéclarant (indiqué uniquement sur ladite déclaration pré-remplie) pour pouvoir faire sa déclaration en ligne O-o Eeeet ouuuuiiiii…

La plus simple des solutions étant d’avoir une personne de votre entourage chez qui vous pouvez faire suivre votre courrier en votre absence et qui pourra ouvrir les courriers importants et vous transmettre les informations indispensables par mail.

Les Impôts :

Encore un sujet pas évident à traiter avec notre chère administration fiscale et sa simplicité légendaire, à suivre …

Assurances et Rapatriement :

Point important et qu’on ne manque pas de se poser : s’il nous arrive quelque chose (accident, maladie), « comment qu’on fait ? ».

Nous avons un peu regardé les assurances et rapatriement « spécifiques » à notre projet : itinérance (donc pas d’adresse fixe) à l’étranger (donc pas en France (E=mc²… ) mais pas non plus en Europe en ce qui nous concerne) pendant environ 12 mois.

Nous avons également relu nos contrats actuels auprès de notre assureur habitat et voiture, ainsi que les assurances intégrées avec les cartes bancaires.

Les assurances de cartes bancaires varient en fonction du type de carte. Mais toutes les garanties des cartes bancaires sont valable uniquement les 3 premiers mois en cas de voyage à l’étranger. Quid des 8 à 9 mois restant ?

Après questionnement, nous avons décidé de conserver nos assurances actuelles à la MAIF (RAQVAM & PRAXIS), dont les garanties nous couvrent également à l’étranger pour la période donnée (une année maximum),et de ne pas prendre d’autres ou des assurances complémentaires fléchées « grands voyageurs ». En espérant ne pas avoir besoin de faire jouer ces garanties quelles qu’elles soient 😀

Scanner les documents utiles :

Deux volets :

– les documents que vous emporterons avec nous afin d’en avoir copies en cas de perte ou de vol

– les documents qui pourraient nous être utiles mais que nous ne transporteront pas avec nous.

Ainsi :

– scan des documents pour le TDG : Passeports (of course…!), cartes nationales d’identité (Boui, parce que lorsque l’on se retrouve bloqué à la douane de Singapour parce que les douaniers ont un doute sur votre passeport et que vous distinguez quelques échanges entre les douaniers : « c’est bizarre, c’est le même numéro de passeport mais pas la même photo », que vous demandez s’il y a un problème et que le douanier vous fait un sourire en disant « Un moment s’il vous plaît » et qu’il appelle une collègue qui vous emmène à l’écart, et bien vous ne faite pas la maline, vous vous dites que c’est bien bête de ne pas avoir pris un second document justifiant de votre identité et vous vous jurez de refaire faire votre passeprot en rentrant… si vous rentrez… 😳 ), des cartes bleues elles-mêmes, les certificats de vaccinations (voir la Page Santé), les permis de conduire internationaux et nationaux (il faut savoir que les permis internationaux ne se substitue pas aux permis nationaux et si on se fait contrôler à l’étranger il faut présenter les 2 permis : internationaux + nationaux, des photos d’identité normes françaises (c’est toujours mieux que rien…),

– enregistrement de divers documents : des actes de naissance et livret de famille (toujours dans un soucis de preuve d’identité), les Relevés d’Identité Bancaires (ça peut servir), des dernières fiches de payes et de relevés de compte (certains pays demande des preuves de revenus, à défaut de mieux…), carte vitale, carte groupe sanguin, et dernière déclaration de revenus et avis d’imposition (car les impôts ne nous oublieront pas, même cette année, et il y aura un minimum de démarches à assurer même à des milliers de kilomètres), des photos de nos proches (bein ouais, ils vont nous manquer… 🙄 )

– ce qui peut également être intéressant est de dresser une liste de tous les numéros utiles ou des sources sur lesquels les trouver : ambassades, assurances, assistance, banques, …, les contacts sur place, la famille et les amis !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *